Parlons des problèmes avec Starfield

Réflexions sur les jeux avec sucre en poudre, poivre en grain… et un peu de vitriol.

Parlons des problèmes avec Starfield

One does not simply walk into Starfield

– Boromir des étoiles cosmique

Cette série de billets proposera un retour sur le jeu pour poser un diagnostic et proposer des manières de résoudre une série de problèmes.

Évidemment, je ne travaille pas pour Bethesda et je ne suis pas game designer. Le but n’est pas de me substituer à leur expertise et leur travail. Et les solutions que je proposerai ne sont sûrement pas les meilleures, ni réalisables dans le temps, avec le budget et les ressources que le studio est disposé à mettre.

Le but est simplement de partager mon expérience en tant que joueur et de cultiver l’esprit d’inventivité pour imaginer des possibles alternatifs. Cela correspond à ce que Nigel Cross a nommé designerly ways of knowing (“voies du savoir par le design”, plutôt que par la science ou l’art).

Pour faire trop vite: la science décompose un problème du monde naturel pour en faire l’analyse et trouver la solution optimale; l’art vise l’expression de soi et cultive l’ambiguïté du sens pour épouser la complexité de la condition humaine; le design propose un petit nombre de solutions pour répondre à un problème concret mais mal défini et épineux dans un objet artificiel. La science veut comprendre, l’art veut exprimer, le design veut améliorer.

Billet 1: Dans l’espace, tous piétons comme des tarlas
Billet 2: (à venir)
Billet 3: (à venir)

 

Commentaire : 1

  1. Simon Dor dit :

    Tu nous laisses sur notre faim!! 🙂

Ajoutez votre commentaire